Se cacher de soi

On parle partout de stigmatisation en santé mentale. La société est très en retard sur la façon d’accueillir celles et ceux qui souffrent.
Je vois cela au quotidien dans mon bureau de professionnelle lorsque j’entends un parent, un adolescent me dire :
« Si mes amis (famille, proches) savaient que j’avais cette maladie , cela détruirait ma vie ».

Je comprends ce sentiment, je l’ai ressenti dans ma chair.

Pourquoi ai-je mis si longtemps à parler de mes difficultés ?
De quoi est-ce que je me cachais ?
De qui?
Qui m’obligeait à rester silencieuse ?
Pourquoi me cacher de moi?
Quelle est la raison qui, au fond de moi, au fond de nous, nous oblige à nous enfermer dans le silence et faire comme si tout allait bien ?  Pourquoi nous cacher, cacher nos visages, nos marques, nos cicatrices, ce qui fait notre être tout entier?

Selon moi, il ne s’agit pas seulement des autres, pas que de la peur de leur regard jugeant.

Il s’agit de la honte, NOTRE sentiment de honte, la honte de soi. Honte d’être tel que nous sommes. Imparfaitement uniques ( et souffrants ).
Cette honte que nous entretenons, petit à petit en grandissant. Je dis en grandissant car la honte n’est pas un sentiment inné. Les petits n’ont pas honte d’eux-mêmes, de ce qu’ils font , disent. Ils sont, tout simplement.

Nous commençons à nous cacher lorsque nous nous pensons indignes, insuffisants, “pas assez” ( barrez la mention inutile : assez bien, assez souriant , assez à la hauteur ...) à cause de notre fragilité ...
Avec la honte vient la peur : peur de ce que l’on « est » ( je suis malade), alors que la maladie ne nous définit pas, elle est ce dont nous souffrons.

En nous identifiant à cette maladie, on en vient à avoir peur de ce que nous sommes, peur que l’autre nous découvre dans cette imperfection, cette « monstrueuse » pour reprendre le terme d’un de mes patients qui parlait de sa dépression.

Qui est notre premier juge finalement, si ce n’est, notre regard sur nous-même ?

 

 

J’ai reçu un message l’an passé d’une amie qui me demandait :
« À quel moment sais-tu que tu n’es pas authentiquement toi? »
Cette “petite question” est venue me percuter.

Elle se transforma plutôt en :

Quelle était la dernière fois où je m’étais sentie authentiquement moi? Et fière de cette authenticité avec toute mon originalité, ma belle imperfection ?

Quand n’avais-je pas eu honte d’être « juste moi » avec ( et pas malgré) mes failles, mon histoire ?
Quand avais-je décidé de porter ces masques et faire croire que tout allait toujours bien, tout était sous contrôle ?
« Elle rit pour cacher sa terreur d’elle-même » écrivait Paul Éluard…

 

Et vous?
Depuis quand vous cachez-vous de vous-même et de votre imparfaite originalité?
Quel(s) masque(s) utilisez-vous à cause de la honte et de la peur de se dévoiler?
Parents: que transmettez vous à vos enfants lorsque vous vous cachez à vous-mêmes?


Copyright © 2018 Céline Lamy. Tous droits réservés.


One thought on “Se cacher de soi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *