Élever un enfant…

C’est «juste » cela , élever un enfant!
Cela paraît simple et pourtant si difficile aussi parfois …
Nous sommes déchirés entre ce que notre bon sens nous indique , ce que notre cœur nous inspire et tous les « conseils » de la société sur la bonne recette pour « élever » son enfant …
C’est comme si chaque comportement de notre enfant était le thermomètre de notre parentalité et que nous nous sentions incapables et mauvais quand cela ne fonctionne pas…
Soyons bienveillants avec nous-mêmes et reprenons la recette de base avant de nous lancer dans de la grande cuisine complexe !
Il y aura de francs succès mais aussi des « échecs » : disons plutôt des apprentissages que nous noterons dans notre carnet d’expériences parentales.
Il faudra persévérer surtout et garder le cap , en regardant droit vers l’horizon …
Celui que nous montrons à notre enfant , perché sur nos épaules …
Copyright Tous droits réservés Céline LAMY

Faire le deuil du parent et de l'enfant idéal

                                                         
Saviez-vous que dans la relation avec nos enfants , plusieurs deuils s’opèrent?
Le premier est celui que nous devons faire avec le parent idéal .
Nous ne sommes pas parfaits et ne le serons pas .
Cela nous enlève un poids sur les épaules : on peut alors essayer de faire comme on peut plutôt que tendre vers un idéal inaccessible.
Le deuxième deuil est celui de l’enfant idéal . Celui que nous avions imaginé pendant la grossesse : c’est un phénomène naturel chez tous les parents et particulièrement chez la mère , lié à la transparence psychique. Phénomène décrit par les psychanalystes au départ et désormais expliqué par le bain hormonal de la femme enceinte , c’est une période de vulnérabilité mais aussi d’hyperemotivité qui prépare l’attachement de la mère au futur bébé . Elle permet à la mère d’accueillir psychiquement le bébé : le penser , le rêver , l’imaginer… se le représenter …
C’est évidement une image idéalisée du futur enfant .
Point d’enfant idéal donc !
Chaque parent s’en rend compte dès la naissance avec les moments de pleurs, d'incertitude, de découragement...
Il est même normal de ressentir parfois de la déception dans le comportement de nos enfants ! Aucune culpabilité à avoir sur ce sentiment donc !
Si l’enfant idéal n’existe pas , là encore quel soulagement pour votre enfant de ne pas sentir les attentes incroyables et les aspirations qui ne lui correspondent pas !
Enfin … l’enfant lui aussi va progressivement faire le deuil d’un parent idéalisé , et ce deuil , assorti de déception et parfois de rejet , sera au maximum de son intensité lors de l’adolescence !
Donc … La relation parents/ enfants est faite de deuils normaux indispensables à la différentiation de chaque individualité !
Respirons!!
Copyright Tous droits réservés Céline LAMY

La chronique du lundi: on déboulonne les croyances limitantes sur l'enfance

Accompagner un parent selon moi, c’est donner nos clefs de connaissances au parent , vulgariser notre savoir . Il ne nous appartient plus de détenir seuls ce savoir mais de le partager et de transmettre les messages les plus importants : comment l’enfant fonctionne, comment son cerveau se développe et ce , dès la vie intra-utérine . Ce dont il a besoin pour se développer harmonieusement .
Pour déboulonner les croyances limitantes transmises de génération en génération , et parfois même entretenues par des médecins et professionnels de l’enfance . Les neurosciences désormais nous confirment les intuitions géniales de nos prédécesseurs et il est temps de les faire savoir!
Plutôt que des trucs et recettes à appliquer, chaque parent pourra ainsi , avec ce savoir, faire preuve de créativité avec son enfant de façon unique !
Alors si on commençait tout de suite par déboulonner une première croyance ?

Lire plus

La maison de Lennon et Schultz: petite histoire du fonctionnement cérébral de votre enfant

L’enfant fait une crise …
Le parent essaie de le raisonner , de lui faire entendre «raison »… la crise empire …
Cela se reproduit encore et encore …

Lire plus

Naissance du Collectif: L'enfance n'est pas une maladie

Quand les naissances s’enchaînent !!!
J’ai le plaisir de vous informer de la naissance du  Collectif : L'enfance n'est pas une maladie
Avant le rassemblement de janvier et de nos discussions à venir , il me semblait nécessaire de créer cette page qui sera le point de ralliement des articles , informations , invitations et compte -rendu de nos actions et de l’avancée de la mission.
Ce collectif regroupera professionnels de l’enfance ( santé, éducation …) , parents ( grands- parents , famille ) et citoyens qui se sentent concernés
Vous ÊTES tous ce collectif et les bienvenus pour y participer ! Vous êtes déjà si nombreux - nombreuses à avoir manifesté votre désir de vous y joindre ! Merci !!!!
Cette page est le début d’une longue aventure tous ensemble !
L’idée est de pouvoir évoquer les défis de l’enfance face à cette société exigente et de réfléchir aux enjeux de pathologisation des élans naturels de l’enfance .
Alors n’hésitez pas à suivre la page qui sera , j’en suis sure , un espace d’échanges bienveillants , respectueux et riches dont la seule préoccupation commune sera celle des enfants !
Alors comme sur la photo, cheveux au vent et poing levé, à bientôt!

Un grand rassemblement sur l'enfance en janvier! Joignez- vous à moi!

Vous êtes parents , professionnels de l’enfance , ou simplement préoccupés par la cause des enfants actuellement ?
J’ai besoin de vous .

Lire plus

Le lieu sûr

Aujourd’hui j’ai eu à réfléchir pendant toute ma journée de garde sur ce que pouvait être le lieu le plus sûr pour les patients que je prends en charge ...
Nous sommes confrontés à des enfants souffrants et nous devons décider de leur «orientation »: Peuvent ils retourner au domicile , doivent -ils être hospitalisés , placés en centre  ?

Lire plus

J’ai eu honte

Ma fille il y a quelques jours, dans une compétition d’équitation (sa première), a chuté.

Remontée sur le canasson, elle a gardé le sourire pour finir son tour de piste.

Quelques minutes après, je lui signifiais combien je la trouvais courageuse d’être remontée et d’avoir souri jusqu’au bout (alors que moi je me remettais tout juste de mon presque arrêt cardiaque après sa chute!).

Elle me répondit : « Je me suis dit que les gens se moquaient sûrement de moi d’être tombée, alors j’ai gardé le sourire pour ne pas en rajouter. Mais j’ai eu honte »

Lire plus